Qu’est-ce que la méditation de pleine conscience ?

La méditation de pleine conscience permet de developper sa capacité d’attention et d’observation, pour permettre de mieux nous connaître et rentrer en amitié avec nous-même. Ainsi, nous pouvons vivre pleinement notre vie et ainsi passer du mode Faire au mode Être.

 

 

 

 

Les bénéfices

La méditation de pleine conscience a un impact bénéfique sur :

  • Le système immunitaire
  • Le système cardio-vasculaire
  • Les troubles du sommeil
  • La gestion des douleurs chroniques
  • L’accompagnement physique et psychique de la personne pendant des traitements lourds
  • La régulation des émotions
  • L’amélioration de la concentration et de la gestion de l’attention

 

Notre cerveau et ses facultés d’adaptation

Les travaux de recherche en neurosciences mettent en lumière la grande capacité de notre système nerveux à s’adapter et à se modifier en permanence, au gré de nos interactions, de nos besoins, de nos apprentissages, et ceci jusqu’au dernier jour de notre vie.

Cette faculté s’appelle la neuro-plasticité.

La neuro-plasticité prend tout son sens dans la méditation de pleine conscience. En effet, le développement de nos capacités passe par une rééducation de notre façon de penser, basée sur notre propre expérience et nos ressentis. Evoluer n’est donc plus une barrière physique mais bien psychique. C’est ce que permet la MBSR.

De la même manière que vous faites des exercices pour augmenter votre tonus musculaire, quand vous méditez tous les jours, de 30 à 40 minutes, vous cultivez l’attention, la présence et la compassion. Cela provoque alors des changements fonctionnels, induit de la neuro-plasticité dans le cerveau, c’est à dire une réorganisation de l’activité neuronale. La structure même du cerveau est modifiée par cet entraînement mental.

 

Les premiers effets sur la régulation de l’émotion et sur le stress sont déjà perceptibles après une expérience de huit semaines.

 

C’est peut-être une voie prometteuse pour un cerveau « augmenté » sans pilules, ni implants neuronaux, et pour développer un état de conscience capable de générer apaisement et non violence.

 

Richard Davidson, Neuroscientifique, directeur du laboratoire d’imagerie cérébrale à l’université de Madison Wisconsin USA.

 

Contactez-moi